Fédération Européenne des Cités Napoléonienne

Gehe zu Navigation | Content | Language

Braine-l'Alleud

Commune attractive du Brabant wallon à plus d'un titre, Braine-l'Alleud se situe dans la vallée du Hain, un écrin de verdure, à une vingtaine de kilomètres au sud de Bruxelles. www.braine-lalleud.be


Depuis la fusion des communes intervenue le 1er janvier 1977, Braine-l’Alleud s’étend sur une superficie de 5.211 hectares et regroupe les entités de Braine-l’Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée. Avec près de 40.000 habitants, elle est devenue la commune la plus importante de la province en termes de population dont la majorité a entre 30 et 50 ans.


Son attractivité est indéniable et sans cesse croissante puisqu’elle offre 3.000 hectares d’espaces verts, qui font le bonheur des promeneurs, un parc d’affaires dynamique, un quartier vert en construction, de nombreux commerces, un cœur de ville accueillant ainsi qu’un pôle culturel dynamique comprenant l’École des Arts, l’Académie de musique, le Centre culturel, la Bibliothèque, la Médiathèque ainsi qu’un maillage associatif dense (plus de 300 associations actives). Mais Braine-l’Alleud, c’est aussi et surtout une terre d’Histoire dont les témoins les plus connus sont :

  • La Butte du Lion

Érigé en souvenir des événements de 1815, cet ensemble monumental, implanté dans les limites territoriales de Braine-l'Alleud, constitue sans conteste l'élément le plus attractif du site historique qui attire chaque année des milliers de visiteurs de toutes nationalités, ce qui en fait l'une des principales attractions touristiques de Wallonie.


Ce tumulus artificiel de 40m de haut fut érigé entre 1823 et 1826.
Le monument, d’origine hollandaise, se situe à l’endroit (présumé) où le Prince d’Orange fut blessé le 18 juin 1815 alors qu’il tentait de stopper l’attaque de la Garde française. En plus de sa signification historique, la Butte du Lion constitue en elle-même une prouesse technique ainsi que la vitrine des industries de l’époque. En effet, 300.000 m³ de terre ont été nécessaires à la construction de cette dernière ainsi que 28 tonnes de fonte coulées aux usines Cockerill à Seraing (Liège) pour l’impressionnant Lion, sculpté par le malinois J.F Van Geel.

Au pied de la butte, vous pouvez découvrir plusieurs hectares de terrain restés presque intactes depuis la Bataille.


Le Mémorial 1815



Inauguré pour le Bicentenaire récent de la bataille, le Mémorial 1815 plonge le visiteur dans l’ambiance de la Bataille et son contexte historique. Ce majestueux édifice a été enterré au pied de la butte afin d’offrir une vue imprenable sur la « Morne Plaine ». Plus qu’un musée, le Mémorial 1815 est une véritable expérience immersive et multi sensorielle qui dévoile les événements conduisant à la terrible bataille, dont le dénouement changea le cours de l’histoire européenne.




  • La ferme d’Hougoumont


Emplacement stratégique de la bataille où Napoléon souhaitait créer une diversion, le ferme d’Hougoumont est l’un des points les plus meurtriers de la bataille. Les combats s’y jouant ont mobilisé en vain 8.000 soldats français contre 2.000 prussiens et britanniques. « The success of the battle turned upon the closing of the gates at Hougoumont. » attest Wellington alors que Victor Hugo, plus tard, consacrera deux chapitres à cette ferme dans son ouvrage “Les Misérables”.


La ferme, restaurée et inaugurée le 17 juin 2015 dans le cadre du Bicentenaire de la Bataille, est aujourd'hui accessible au public.

  • L’église Saint-Etienne

La bataille ne se passait pas uniquement sur le champs, mais concernait également les civils qui, au lendemain de la défaite française, ont nettoyé le champ de bataille et recueilli les blessés dans l’église Saint-Etienne. Cette dernière, située au centre de Braine-l’Alleud, fut le véritable théâtre des horreurs de la guerre. Pendant de nombreux jours, trois médecins brainois (Jean-François Jossart, Charles Amandeau et Pierre Panquin) assistés de citoyens et des sœurs des Marolles, ont soigné sans relâche les nombreux blessés Français.


Une exposition temporaire a été consacrée à ce sujet à l’occasion du Bicentenaire de la Bataille.


On retrouve dans "Les Misérables" de Victor Hugo, une allusion au clocher de cette belle église dont la forme de bulbe est typique de la période autrichienne (18e siècle) : « L’an dernier (1861), par une belle matinée de mai, un passant, celui qui raconte cette histoire, arrivait de Nivelles et se dirigeait vers La Hulpe. Il allait à pied. Il suivait, entre deux rangées d’arbres, une large chaussée pavée ondulant sur des collines qui viennent l’une après l’autre, soulèvent la route et la laissent retomber, et font là comme des vagues énormes. Il avait passé Lillois et Bois-Seigneur-Isaac. Il apercevait, à l’ouest, le clocher d’ardoise de Braine-l’Alleud qui a la forme d’un vase renversé.» Victor Hugo (Les Misérables. Deuxième partie - Cosette, Livre premier)

Maison du Tourisme du Pays de Waterloo
Chaussée de Waterloo 218
1410 Waterloo

Tel. +32 (0) 2 352 09 10
Fax +32 (0) 2 354 22 23

Point info Tourisme à l'Hôtel communal
Grand-Place Baudouin Ier, 3
1420 Braine-l'Alleud.

Images de la commune Braine- l'Alleud